Avec l’introduction en bourse de Teads, un nouveau jackpot signé Patrick Drahi

Le fondateur d'Altice Patrick Drahi (à gauche) et Pierre Chappaz, co-fondateur de Teads, lors d'une conférence de presse le 21 mars 2017 à Paris.

Alors que les marchés financiers s’inquiètent de la propagation des variantes du SARS-CoV-2, Patrick Drahi se frotte les mains. L’investissement qu’il a réalisé dans Teads, cet expert de la publicité ciblée, qu’Altice a acquis en 2017 pour 285 millions d’euros, est plus que rentable. L’ancienne start-up luxembourgeoise sera bientôt cotée à la Bourse de New York, au prix de 18 à 21 dollars (15,3 à 17,8 euros) par action.

Lire aussi Derrière le rachat de Teads par Altice, le graal de la publicité télévisée ciblée

L’entreprise, créée par deux Français, Pierre Chappaz et Bertrand Quesada, est estimée entre 3,5 et 5 milliards de dollars. Le but de l’opération : récolter environ 750 millions de dollars des quelque 38,5 millions de titres commercialisés. Pour les propriétaires de Teads, c’est un jackpot. Altice International, qui détient également les télécommunications portugaises et israéliennes dans le groupe et appartient à Patrick Drahi, ne lèvera qu’entre 600 et 700 millions de dollars.

Altice reste sous contrôle

Peut-être que cette somme lui permettra de se libérer des 6 milliards d’euros de dette qui pèsent encore sur ses épaules. Toujours au conseil d’administration des Teads, Pierre Chappaz touchera entre 31 et 36 millions de dollars. Quant à son actuel patron Bertrand Quesada, il gagnera 11,4 millions à 13 millions de dollars. Un véritable revers pour deux entrepreneurs, qui ont uni leur destin à l’aube des années 2010.

A l’époque, Pierre Chappaz, qui s’est fait un nom en créant le comparateur Kelko en 1999, a vendu à Yahoo pour 475 millions de dollars. En 2004, il a commencé à bloguer avec Overblog et Wiki. Bertrand Quesada, a fait ses armes dans la publicité en ligne avec Ebuzzing. Le mariage qui sera nommé Teads en 2014. L’entreprise poursuit ensuite sa croissance par le biais d’acquisitions et de levées de fonds. Jusqu’à ce qu’il atteigne une certaine maturité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Altice n’exclut pas de se séparer de sa régie publicitaire Teads

En 2020, Teads, qui se présente comme une alternative à Google et Facebook en vendant de l’espace vidéo aux annonceurs, a réalisé un chiffre d’affaires de 458 millions d’euros, soit une augmentation de seulement 5,2% en un an. Mais la rentabilité bondit : l’ebitda (équivalent au résultat brut d’exploitation) atteint 155 millions d’euros (+ 90 % sur douze mois). Malgré cette introduction en bourse, Altice est toujours plus que le principal sur le navire et conserve presque tous les droits de vote. Patrick Drahi y a également installé deux de ses enfants : Graziella Drahi (28 ans) et David Drahi (26 ans) qui siègent désormais au conseil d’administration.



Source by [author_name]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *