En 2020, le nombre de magasins à Paris a légèrement diminué par rapport à 2017

Une photo d’un magasin parisien en pleine crise sanitaire. C’est le résultat d’une recherche menée par l’Atelier d’urbanisme de Paris (Apur) en partenariat avec la Ville de Paris et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, présentée le jeudi 8 avril. Une étude menée tous les trois ans pendant vingt ans « Inventaire des pièces du rez-de-chaussée avec une fenêtre et accès depuis l’espace public ».

L’état du commerce parisien, analysé en octobre 2020, reflète également l’évolution des tendances de consommation et le début des séquelles de l’épidémie de Covid-19. Sur les 83 399 chambres du rez-de-chaussée, 74% (soit 61 541 chambres) étaient occupées par des commerces ou des services commerciaux (coiffeurs, agences bancaires, etc.). Sur ce 1 063 dans les magasins d’alimentation générale de moins de 120 m2 ou 4% de plus qu’il y a trois ans.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Rue de Rennes, à Paris, symbole de la synergie des échanges

« Paris a une densité commerciale très élevée par rapport aux autres grandes villes françaises, avec 28 magasins pour 1 000 habitants. », a souligné Olivia Polski, l’adjointe au maire de Paris en charge du commerce. Mais après une longue période de stabilité, le nombre de commerces et de services commerciaux a légèrement reculé en 2020, à 1164 établissements il y a moins de trois ans.

Peurs malgré l’aide

Entre 2017 et 2020, les magasins d’alimentation biologique se sont développés à Paris, avec 200 magasins supplémentaires (+ 67%). Autre secteur en forte croissance, la restauration rapide, avec 327 restaurants supplémentaires (+ 10%). En revanche, 15% des agences de voyages ont disparu, tout comme 10% des agences bancaires. La taxe la plus lourde tombe sur le secteur de l’équipement de la personne, qui a perdu 1 097 entreprises (-13%) … et parce qu’il y a moins de réseaux de distribution à Paris qu’auparavant. Leur part a diminué en 2020 pour la première fois de 8% depuis 2017.

Les magasins d’aliments biologiques ont germé comme des champignons (+ 67%). Un autre secteur en pleine croissance, la restauration rapide

Selon ses caractéristiques, la capitale est aussi la ville qui a été la plus durement touchée par les manifestations de «gilets jaunes», les grèves, la crise sanitaire et la disparition des touristes, ont noté les orateurs. Néanmoins, l’étude montre une augmentation limitée du nombre de chambres vides. 8764 magasins sont vides, soit 10,5% du total, contre 9,3% en 2017, principalement dans les quartiers centraux. « Avec l’incendie de Notre-Dame ou l’explosion de la rue de Trévise [en 2019], des quartiers entiers ont été endommagés. Martelez-le « a déclaré Dominique Restino, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

Vous avez 24,97% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.



Source by [author_name]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *