La CFDT et le Medef réclament plus de vaccins dans les entreprises

Geoffroy Roux de Bezieux, président du Medef, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le 20 avril 2021.

C’était le premier. Pour tenter d’amener les pouvoirs publics à soulever la question de la vaccination dans une entreprise en faillite, Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medefa, et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, se sont réunis lundi 3 mai, lors d’un voyage conjoint en Europe inter -Centre médical d’affaires (CMIE), à Paris. Sur le sujet « Aussi sérieux » que la vaccination et la lutte contre l’épidémie de Covid-19, a souligné le responsable de la centrale syndicale, « Il n’est pas nécessaire de cacher votre visage: si nous sommes d’accord, nous sommes d’accord ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le vaccin Johnson & Johnson ruisselle dans les pharmacies et les cabinets médicaux

Le pays compte 255 services de santé au travail, a rappelé M. Roux de Bézieux, répartis dans tout le pays. Ces lieux, où travaillent les médecins et les infirmières, ont « Pleine capacité pour une vaccination rapide et efficace », selon lui. « Nous devons accélérer très fortement », il a prié. Services de médecine du travail « Ils ne sont pas seulement des aides à la campagne, ils doivent être au centre de la vaccination dans le monde du travail », a ajouté M. Berger. N ° 1 Medefa a gouverné « Décevant » chiffres publiés il y a dix jours par le ministère du Travail, qui a signalé 409 023 injections de médecins du travail et 43 753 injections aux services de médecine du travail depuis le 22 avril.

L’objectif d’un vaccin limité

Selon la rue de Grenelle, qui prétend être « Mobilisé dans la montée de la vaccination sur le lieu de travail », au 3 mai, ces chiffres sont désormais passés à 520 861 et 63 350. « Freins » restent, comme l’a fait remarquer M. Roux de Bézieux. Évidemment, le nombre de doses est disponible, mais aussi la finalité limitée du vaccin. Actuellement, les services de santé ne peuvent vacciner que les personnes de plus de 55 ans. Avant le 12 avril, seules les personnes de cet âge atteintes de pathologies y avaient droit, une très faible proportion de travailleurs.

Lire l’éditorial « Monde »: Pour réaliser la démarcation, accélérez la vaccination

La présidente du CMIE, Claudine Sulitzer, a expliqué que sur les 380 000 employés encadrés par son centre, seuls 9 300 pouvaient être vaccinés dans un premier temps. En trois semaines, ils sont désormais 60 000, ce qui, selon elle, est encore limité.

«Tous les travailleurs, et en particulier ceux qui sont exposés à de nombreuses interactions sociales, doivent pouvoir se faire vacciner rapidement» Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medefa

Vous avez 55,15% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.



Source by [author_name]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *